trois ciels d’impuissance

décidément ne se sait pas

IMG_20160327_171517

ne me croit pas par où je suis

IMG_20160327_174453

surplombe l’inabouti

IMG_20160327_175615

son sourire

dans la tempête son sourire, au loin il fume

à l’abri

un seul sourire, d’un seul homme, au loin

un abri

dans le gris tempête, sourire blanc dans visage noir

est l’abri

des cheminées fument leur gris, tempête au gris

de l’abri

son sourire, au loin : l’abri

abri

adopter un point de vue

l’adoption d’un point de vue obéit à des règles nombreuses –
avant de l’adopter, le point de vue est couvé dans une couveuse de points de vue, tous plus ou moins équivalents –
ou qui se présentent comme tels –
aucun petit bonnet de couleur pour les distinguer –
le point de vue est indispensable pour circuler dans la vie courante –
même si on ne court pas on en a besoin –
on peut vivre sans, mais plus difficilement –

le point de vue se caractérise par une complexité de structure :
un, le point –
deux, de vue –
le point de vue suppose la hauteur, bien que la hauteur de vue, elle, ne soit pas directement corrélée au point –
de nombreux points de vue sont dépourvus de hauteur de vue –
le point de vue avec hauteur de vue est en option –

l’adoption d’un point de vue est un long processus –
tellement long qu’on n’en voit jamais le bout –
adopter un point de vue c’est forcément se dérouter –
voire perdre le fil –
quand le point de vue est adopté, un rien peut le faire chanceler –

l’adoption d’un point de vue requiert une infinie patience :
faire antichambre, attendre que le chambellan ouvre la porte –
s’il l’ouvre –
s’il ne l’ouvre pas, risque de demeurer à vie dans l’antichambre, sans adopter aucun point de vue –
ou bien, la porte s’ouvrant, bousculade de points de vue désireux de se faire adopter : submersion, asphyxie, décès –

la nuit, c’est parfois plus visible, la nuit, le point de vue peut scintiller –
mais inquiéter (surtout s’il se déplace en canard)–
un point de vue menaçant 29092011364est un point de vue qui déborde l’adoption –
ce point de vue n’est pas le tien –
tu le congédies, tu te détournes, tu fais semblant de ne pas être
l’adoptant –

[menu en ou]

comme il n’est pas possible de cuisiner un ours ou un loup, tu cuisines des moules (surgelées marinières, c’est plus facile, réchauffer six minutes, tu as bien six minutes devant toi ?) et du boulgour, tu cuisines en trois ou :
ou
ou
ou

ensuite tu es si content, si si content, presque aphasique

c’est tout (bien que le tout se cuisine difficilement)

dénerver le foie [note méthodologique]

qu’est-ce tu fous, hein ? qu’est-ce tu fous ? mais hein, qu’est-ce tu fous ?
que, il manque que à ton truc
quel truc ?
la question : il y manque : que
ça dépend, tu m’embrouilles, je reprends : qu’est-ce tu fous ?
c’est ce que je te dis, il manque : que
quoi : que ? quoi quoi quoi : que ?
qu’est-ce QUE tu fous –
et alors ? tu réponds quoi, à la question avec ou sans que, tu réponds quoi ? quoi quoi quoi ?
rien, je fous : rien

il faut réfléchir à la méthodologie de la situation, on doit pouvoir appréhender la complexité avec quelques outils bien sentis, bien conçus, tu vois –
non
tu vois pas ? merde – il faut un addendum, on ne peut pas se contenter des miettes, on n’est pas des oiseaux
non ?
non
ni des chiens
non ?
non
tu vas pas nous faire toute la ménagerie en guise de confrérie agissante , la confrérie a décidé de dénerver le foie
euh –
on vire les concepts surnuméraires, on requalifie les espaces, on remodèle les ambiances, on maquille les preuves
on fait quoi des corps ?
on les fait bouillir à 90°, régime start-up avec appli cui-cui
on démantèle ?
on démantèle

dénerver le foie suppose quelques subtilités, une approche particulière, ça ne saurait se faire comme ça, ça ne saurait ::
il faut un modus operandi opérationnel
un plan de bataille
une courroie de transmission
des transmetteurs agiles –
vous êtes combien sur le coup ?
tous – on est tous énervés à dénerver le foie –
impossible, il faut sélectionner des acteurs et des dormants
des dominants et des dominés
c’est nécessaire
la nécessité fait foi

c’est payant ? payé ? combien ?
pas assez, jamais assez, jamais assez de paiement
ni assez payé ni assez payant, ça ne sera jamais
dénerver le foie est un privilège, et comme tous les privilèges il est : rare
plus que payant ?
plus que payé aussi :: pas d’argent en jeu

avec toi on ne sait jamais, on ne sait jamais rien
t’as retrouvé ton QUE ?
oui : je fous : rien
la confrérie s’énerve, tu le sais ? elle s’impatiente la confrérie
oui je sais, je m’en fous
tu ne connais pas les mots
non, je ne connais rien, ni les mots ni les mots ni les mots
exorbitant ! tu fais comment ?!

(plus tard)
l’action a commencé : dénerver le foie est en route, les filaments ôtés
c’est le moment du tri après découpage, on ne garde que le meilleur
un cervidé passe, avale une éponge mouillée, s’énerve, empale un écureuil avec ses bois, bref, rien ne se passe comme prévu
il faut recommencer, la confrérie se consulte
la confrérie prend beaucoup de temps aux consultations

il est des causes difficiles bien que tangibles : dénerver le foie en est une