(sale) quart d’heure enchaîné

Je ne prends pas un livre.
Il sort et se cogne immédiatement.
Nous nous sommes écartés de la règle qui consistait à régler les choses.
Tu ne peux pas dire ça. Tu ne peux pas le dire.
Le dire n’est pas bien. Il faut le dire. Il le faudra.

Je ne prends pas un livre depuis un certains temps.
Depuis tout ce temps, il ne l’a pas encore fait ?
Il ne l’aurait pas fait alors qu’il a dit qu’il allait le faire ??
Tu ne te sens pas bien ? Tu veux un mélange servi chaud ?
Tu n’aurais pas un écouteur à ta disposition ?

Je ne prends plus aucun livre. Ils sont empilés.
De quoi parlez-vous enfin toujours désormais ?
Vous évoquerez les silences et les crimes, puis vous vous tairez.
Il n’y aura aucun blanc, vous ferez du remplissage.
C’est loin là-bas ? Je ne sais pas, voyez vous-même.

Je ne prendrai plus jamais un livre. Je déprends lire.
Vous êtes trop sophistiquée. Un moustique vous aura piquée !
Oui, j’aime les rouges-gorges et les piles électriques.
Il faut se cacher, nous sommes trop voyants.
Dire n’est pas faire, ah ça, non !

Je ne prends pas de livre, c’est dit, c’est fait, signé craché juré.
Vous en faites des tonnes, vous vous croyez encore là-bas on dirait.
L’émergence des systèmes de pensée croise celle des autres.
C’est un imbroglio juridico-sentimental ; ils se sont tous fait avoir.
Vous avez l’heure ? C’est pour mon patron.

Je refuse de prendre un livre. J’irai quand plus personne ne pourra.
Vous confondez encore le futur et le conditionnel.
Tu veux une claque ? Tu le dis si tu la veux, fais attention.
Les rideaux ne cachent rien. Non. C’est un constat.
Nous ne sommes plus grand-chose mais un peu encore.

Je refuse absolument de prendre ce livre : il ne m’apporterait rien.
Ah, on dirait que vous reprenez des couleurs !
Arrivée à la moitié, je m’ennuie, mais alors je m’ennuie !!
Ce trottoir est trop brillant. Oui mais il a l’avantage d’être aimé.
Disparaissons tant qu’il existe encore des portes cochères.

François Girardon, Pied gauche du Louis XIV équestre de la place Louis-le-Grand (place Vendôme), fondue par Balthasar Keller, 1694.

 

le climat est-il un enfant à surveiller ?

ce que je vois. les petites choses. les objets foutus. les pas de travers. l’impossibilité d’avancer.
le climat est-il un enfant à surveiller ? d’ici quinze ans la fin du monde : deviendra un adolescent tumultueux, fatigant, qui va nous donner un coup d’tatane dans l’derche.
un peu de sérieux sous la métaphore, un peu d’eau dans notre jardin, pas une tornade, pas un cyclone, pas un Ernesto – ni un Nestor l’année prochaine -.
on a les yeux écarquillés, on glose les uns en face des autres, on brasse l’hypothèse ; on se défait du sens, on le pose là, sur le perroquet dans l’entrée, on prend un verre. installez-vous. détendez-vous. on va discuter.
dehors il a plu, neigé, tempêté, cycloné. il a déraciné. il a horrifié. on lui dit d’se taire, il répond. il fait des vagues, hautes comme des immeubles. il balaie, il submerge, il nous emmerde.
on a les solutions pour que ça se calme, mais faut les mettre en oeuvre. les bras se tordent d’impuissance muette.
combien de centrales à charbon ? les énergies fossiles obnubilent. combien de réserves ? qui creuse ? combien ça coûte ? combien ça rapporte ? et les vaches aussi, qui pètent.
comment en sortir ? d’où sortir ? Melissa va débouler. Lorenzo aussi. Et Pablo, et Tanya.
ils sont toute une bande, ils ciblent les zones côtières, ils se castagnent avec les nuages et les monts coiffés. ils fondent sur les minorités inadaptées, les balayent, les lamentent, les enterrent.

ce que je vois. les petites choses. les objets foutus. les pas de travers. l’impossibilité d’avancer.
on est déréglé. on est obligé de s’occuper de choses inintéressantes : le destin du plastique, le c’est politique.
les boss déjeunent au sommet. nous déjeunons. nous ne sommes plus jeunes. nous décrépitons. il y a aussi les jeunes. ça cuit tout doux, le sens se délite dans la marmite.
que font les enfants ? que leur laisse-t-on ? cessons de manger des pieuvres, des reines-claudes, des brioches, de la bidoche : une mine de bonnes idées se culbutent au sommet, dans les alambics des banques. combien ça coûte. combien ça rapporte.
tant qu’il y a de l’oxygène il n’y a pas de gêne. il y a des choses à changer dans le changement.
le dérèglement peut être d’origine naturelle ou d’origine humaine. s’il est d’origine naturelle, c’est pas un dérèglement. s’il est d’origine humaine, c’est pas un dérèglement.
le climat se négocie à la table des négociations : un peu d’air, moins d’Alberto. entre deux civets de chevreuil.
le climat est-il un enfant à surveiller ?

pluralitas non est ponenda sine necessitate

ensuite, après les efforts
(les efforts du climat, les efforts du socius, les efforts des morts-mêmes, tous les efforts, les efforts),
après tous ceux-ci et d’autres oubliés (les efforts du jardin, les efforts des repas, les efforts du semblant de s’intéresser),
après encore d’autres efforts difficiles à répertorier (les efforts du subi, les efforts de l’ambivalence, les efforts de la patte du chat-chien en arrêt, les efforts de l’attente),
mais aussi après certains efforts qui ne se combinent qu’à raison de leur insu (les efforts éblouis par le soleil par exemple, sans pare-soleil, les efforts de l’attention dans laquelle mille choses entrent en jeu, etc.),
après les efforts des tâches repoussées, remises à plus tard, après les efforts du languissement spécial des jours d’après l’euphorie, d’après les souffrances stupides,
après les pensées en vrac (qui ne relèvent de l’effort que par torsion rhétorique),
après les moindres recoins du domaine exploré, après que les efforts grandioses et minuscules s’apaisent au flottement mince des feuilles (caressées par le vent, mais il ne s’agit alors plus d’efforts),
après les efforts encore, ceux qui surviennent après l’effort (les efforts surnuméraires, les efforts plus forts),
après encore et s’éloignant,
les efforts perdent leur nom, ensevelis sous une métaphore qui refuse désormais de les transporter

le cancer nékun calendrier

juillet, octobre et les mois
les mois l’émoi mais peu
les mois un deux trois
quatre cinq six sans suite
deux saisons et puis s’en va
trois saisons pour le prix de deux
quatre saisons retour chariot

il est faux de dire quoi que ce soit
quoi que ce soit est faux 
il est faux de dire comme il est vrai de dire
le bancal nous sauvera tous
le bancal, le chacal, le cheval

un deux trois les voix
quatre cinq six la peau
sept huit neuf prise de terre !
électricité ! électrique ! pavillon des champs ! pavillon morne !
la plaine au fond, et drus les blés !
immense foutaise des maisons calmes

                                           écrire et ne pas écrire, ce mouvement, un conditionnel

le corps et le hors corps
hors de soi inexplicable tout inexplicable
sort de soi monte monte et pète le plafond
pauvre explication, minable exégèse

ongles ongles ongles : vernis couleurs
onglonglongl
crème crème crème : marché des crèmes
crèmcrèmcrèm

elle demande tu écris toujours ?
oui et non
tu dis cancer preskun concert
c’est fait exprès c’est faux de dire c’est vrai
c’est vrai de dire c’est faux

le cancer nékun concert du temps

ce jour a été le jour du fish & chips

l’envie d’un fish & chips est venue, elle a été considérée
puis retardée par une rencontre sur ce large trottoir,
une rencontre banale, quotidienne

comme le serait ce fish & chips s’il était n’importe lequel
ce qu’il n’est pas : il est d’un endroit, sourcé, fabriqué
avec du poisson blanc et des frites couleur de miel

ce jour le fish & chips est d’abord advenu par les mots
sus et reconnus dans le jour qui a vu naître l’envie
avant la rencontre du grand trottoir le retardant

le fish & chips Hanif Kureishi banlieue de Londres
avec sa crème à la ciboulette servi ce jour tout près d’ici
ressembla au désir d’un transport abrupt sous sa panure

Que rien ne remplace le fish & chips de ce jour
fabriqué par des mains pakistanaises et dégusté
sur le zinc d’un après-midi quand il n’est pas trop tard

ce jour a été le jour du fish & chips sur un zinc
taché de vin rouge et piqueté des politesses du temps
dans l’encore possible surgissement d’un ailleurs immédiat