un jour je mettrai un titre (dizain x 2)

un jour un titre encadré à nouveau
qu’il n’y eut jamais comme il ne plut pas
non, il ne plut jamais, il n’y eut que soleil
et jamais mort, mort s’en alla sans titre
comme jamais n’y eut naissance :
elle ne plut ni au roi ni au bagnard
les faces A et B de plaire et pleuvoir
s’entremêlèrent tant que soleil darda
ensuite plus rien, encore une facétie facile
qu’elle eut pu mettre en titre

un jour je métrerai un titre, je le métrerai
avec précision, rigueur, valeur, excès
excès dans la délimitation du cadre
excès dans l’anaphore expansive
c’est tout vu c’est tout plu tout enfermé
dans le cadre millimétré à l’intérieur duquel
des mots enfermés à jamais crient
que personne n’entend, forcément
ça braille pas tant que ça un titre
il y manque des fleurs, il faudra pleuvoir

comptine en différé pour Paul O.-L.

 

[premier trimestre 2011]

la mémoire fait des sauts
la mémoire fait défaut

il y avait trois comptines, la 1, la 2, la 3 
si je sais compter

ici je retrouve la comptine 1, 
la comptine 3
mais où est passée la comptine 2 ?

…la voici, on dirait la cousine de la pyramide de verre que je caresse avec mes cinq doigts de la main gauche

Comptine 2

J’ai un nom, petit. Tellement petit, ce nom, que parfois je ne sais pas où il est, je le cherche au fond de ma poche, mais n’y trouve qu’un bouton, petit. Je caresse secrètement ce petit bouton dont il me semble me souvenir qu’il est bleu marine. Il ressemble à un bonbon. Mais je n’ai jamais mangé de bonbon bleu marine, il me semble. J’appuie dessus, je presse ce bouton, pensant qu’il en jaillira mon nom, si petit, perdu, dans cinq et cinq lettres. Cinq et cinq s’annulent, nous l’avons appris. Cinq en face de cinq dessinent aux yeux du marquis un, comment ça s’appelle déjà, un pas-de-deux, non, une sérénade, non, une valse, mais non, un menuet avec les petits chaussons, les socquettes de chat tout doux sur le plancher. Le bouton d’où le nom refuse de sortir, se perd dans un repli de la poche, en soie. Je cherche toujours mon nom, si petit, je farfouille dans la poche, en soie, de plus en plus distraitement, jusqu’à ce que je m’aperçoive que ma main droite a disparu, elle aussi, dans la poche. La soie aurait absorbé le nom, le bouton, la main. Cinq et cinq s’annulent, et je retiens rien. Je vais sur le quai surprendre le train sifflant deux fois dans la nuit de soie. Et je siffle mon nom avec les doigts de ma main gauche. Les cinq doigts de ma main gauche sont cinq, j’en ai des vapeurs, que le train retient, dans la nuit.

diverticule du voir

je caresse une pyramide de verre
je caresse ses pans symétriques
avec la pince de mon index et de mon pouce
je caresse une pyramide

de verre
avec la pince de mon pouce
de mon index et de mon majeur
je caresse une pyramide

de verre
avec la pince de mon pouce
et de mon annulaire je caresse
une pyramide

aux pans symétriques
je caresse avec mon pouce
et mon auriculaire une pyramide
de verre

de la base vers le sommet
je caresse les pans symétriques
d’une pyramide de verre
avec les doigts de ma main gauche

obstination relègue la mort plus loin

tentative de chercher quand rien n’est à chercher :
l’action ne sert que l’action, avec les paroles,
quand les paroles bruitent l’action, corps en branle
corps plié, corps debout, corps-singe

tentative de trouver, chercher encore : corps, mots, gestes
l’action n’est que la traduction du désir éperdu de perdurer
quand même chercher ne sert plus à rien
rien ne se trouvera mais rien se trouvera

lire singe partout, yeux rapetissés, leurs rides autour
corps souffrant cris, chercher encore à cris
l’action ne sert que l’action,
puis : assis, corps soufflant, à la raison se rendre

rien se trouvera toujours si rien ne se trouve
chercher encore, tentative de trouver

Georges Focus, paysage à l’arbre (dessin signé ”faucus”), fin XVIIe

mariage dans le rectangle

le temps n’a jamais été ce qu’il est, non, le temps ne l’a jamais été
non ? non long ? non semi-non ?

un lion a rugi et c’était le soir, il y avait de la purée à manger
le lion n’aime pas le jambon

participer à une lutte des classes empêche les ronds-de-jambe
un imbécile crie dans la nuit, ce n’est pas grave

dans la perspective d’être engagée, une femme ronronne très fort
au même moment, un bus passe

je me couche en rond, rabats le plaid, dors, me réveille
une heure plus tard le monde continue

à force de politesse, ils sont devenus mous comme du réglisse
et leurs mains inutilisables

rien de ce qui sort des bouches n’est vrai, sauf le vomi
le mur n’est pas tout à fait droit

c’est particulièrement pénible de vous voir acquiescer à tout
pour brouiller les pistes, prôner l’hiver

la majeure partie des messages est obscène, l’autre sans réponse
composer cette musique demande du doigté

la pluie et le beau temps sont ennemis mais pactisent parfois
sur un tas concret d’interrogations

c’est tout ce que je peux pour toi, donne la papatte, allez
souvenons-nous du structuralisme

la chanson a quelque vertu probante, ne m’oublie pas
reste avec moi, nous irons à Mexico

ce qu’ils espèrent, toujours et encore, devrait être mis en page
fors l’impatience des délais

couper la parole avec une scie sauteuse revient à
saucissonner le vous pour s’y mettre

si la parole était verticale, il y aurait de nombreuses fumées
le tire-bouchon est aussi une allégorie

il y a toujours des fins, l’agacement de certains fruits le prouve
un peu de peinture suffira