il est tard pour l’eau citronnée

Nous prenions le thé. Le jour laissait peu à peu place au crépuscule. Nous parlions encore.
Nous qui écrivons et lisons avons une vie intérieure importante.
Nos yeux se regardaient parfois, parfois pas.
Nous avons vécu longtemps. C’est l’hiver. Nous sommes au chaud.
Nous regardions dehors. Nous parlions avec toutes les distances nécessaires.
Avec toutes les ironies nécessaires, devrions-nous dire.
Nous prenons toutes les précautions ; nous ne les prenons pas : nous n’en avons plus besoin.
Nous ne devons rien. Recommanderions-nous un thé ? Tout dépend de l’heure.
Nous aurions besoin d’un peu d’eau chaude, serait-ce possible ?
Nous nous faisons face. Nous avons plaisir à parler.
Il fait froid dehors. C’est possible.
Nous sommes au chaud avec nos livres. Nous parlons des prochains que nous écririons.
Nous laissons passer le temps.
Nous remarquions la musique, d’un piano-bar ; le décor, rouge. Enfin. Mieux même.
Nous aurions encore demandé de l’eau. C’est sans importance.

avec le général Dourakine, incipit.
Le général Dourakine s’était mis en route pour la Russie, accompagné, comme on l’a vu dans L’Auberge de l’Ange ­Gardien, par Dérigny, sa femme et ses enfants, Jacques et Paul. Après les premiers instants de chagrin causé par la séparation d’avec Elfy et Moutier, les visages s’étaient déridés, la gaieté était revenue, et Mme Dérigny, que le général avait placée dans sa berline avec les enfants, se laissait aller à son humeur gaie et rieuse.

une fois commencé, ça ne finit pas

Vous avez dominé, souvent.
Il y a trop de heurtés, trop de cascades, et sans cesse ces noms.
…Qui reviennent en boucle ?
Qui disparaissent et ressurgissent sans crier gare.

Les noms des sciences, lettres et arts. De la culture.
Vous les avez saisis ?
Ils sont insaisissables.
Les noms de la mémoire, les noms qui fuient.

Et si vous les supprimiez d’une pichenette ?
Rejeter les premiers mouvements.
Saquer les développements naturels.
S’enrichir sur le dos des héritiers. Tout claquer en une seule fois.

Nous n’avançons plus.
Nous n’avons jamais avancé.
Il est urgent d’attendre que quelque chose vienne.
Les précautions ne servent à rien.
Cette fois, c’est sûr, nous sommes foutus.
Parlez pour vous.
Très rapidement la guerre s’installe, les preuves se dissolvent, plus personne ne sait de quoi on parle.

Ensuite les grands murs. Prenons les grands murs, essayons.
Les murailles de calcaire ? Les formations naturelles type cheminées des fées ? Les menhirs ?
Les falaises : brusquement oiseaux, ciel, apparitions, discours, mélancolie etc. ?
Je pensais grand mur simple, un peu granitique.

Vous avez déjà vu un grand mur tout seul ?
Se défaire des choses. Peut-être.
Oui, enfin, un mur tout seul…
Vous devriez essayer. Dos au mur.

Cette trop grande liberté vous nuit. Vous rend triste.
 Personne ne peut savoir.
Cette pauvre chose dont nous voudrions parler.
Dont vous voudriez parler…
Qu’est-ce que ça change ?

Vous êtes comme une mécanique : quelque chose de l’acier.
Vous avez roulé sur les pentes herbues, roulé, et encore roulé. En bas, des syndicalistes. Tout le monde en bleu.
Ce bleu de travail ?
Oui. Nous le portions en pantalon et en veston fatigué.

Y a-t-il eu de l’espoir ?.
Il aurait fallu compulser les notes.
Les avez-vous compulsées ?
Inaccessibles. Emmurées. Et leurs synonymes.
Pourtant il vous reste : 
Bien sûr ; ma mémoire, et que je ne feinte pas.

Si vous savez et que les autres ne savent pas, ça ne sert à rien.
Ils se détournent ?
Oui.
S’ils n’ont pas immédiatement accès, ils se détournent.
Mais on ne comprend jamais rien.
Il existe des subterfuges.

Ce ne sont pas des noms qui me sont familiers.
Le plus frappant : ils sont tous là, devant toi. Ennemis comme amis.
Tous visibles et surgissant. Avec un taux de visibilité important.
Des noms propres en pagaille.

Il est possible qu’ils se rencontrent et qu’ils fomentent un projet commun. Qu’ils se décident à quelque chose.
Prenons du recul, montons sur la colline, regardons la vallée d’en-haut.
La perspective : 180°. Manière d’emphase sur le paysage.
Une aire de pique-nique. Un melon à point. Pas de couteau, sauf minuscule.
À l’arrière-plan, un couple, à pied. Prêt de couteau. Tranchage du melon. Remerciements.

Allers, retours, demi-tour, hésitations, diffractions temporelles.
Dans un temps vague, le même que : il était une fois, une action se dépose telle le tartre sur la porcelaine de l’incréé.
Il n’y a pas de feinte possible.

                                                                                                                         ©Abdallah Ben Salem d’Aix

jours de retrait

noirs, gris, beaux
noirs, gainés d’anthracite,
gris, sombres, corbeaux
gris, creusés découpés
noirs bleutés, gris fêlés
noirs, gris, beaux,
découpés, noirs encore
creusés encore, gris arrêtés
noirs déserts, cris d’échelle,
beaux découpés, divers gris
noirs, gris, bleutés fêlés
découpés encore, gris d’échelle
pris de noirs, creusés bleutés
cris de gris, sombre anthracite
noirs encore, gris, beaux

[modalité : resserrée et en expansion]

on vit très haut (deuxième volet)

seulement ce que je peux faire, dans cet état malaisé :
pas tout à fait écrire, pas tout à fait

dedans, dedans, loin au fond était l’idée, ses prolongements tardent,
un différé s’installe et stagne

apprendre la patience : incrustation de l’incantation,
on vit très haut quand le bord du mot soulève sa houle

personne ne peut rester fier dans cet état
même quand les phrases s’inscrivent dans le ciel, lisibles

                     1e Gymnopédie, Erik Satie

dans cet état indescriptible, dedans, dedans, loin au fond
creuse des perspectives fugaces dans le silence du non-advenu

on vit très haut (deuxième volet) n’a pas été inscrit
quand le bord du mot a soulevé sa houle

¡ elliptique foin du danger !

depuis quelque temps, je ne vois pas ce que je vois,
ça glisse, je ne vois rien, je ne vois rien de bien, je vois sans voir,
il m’est impossible de préciser rien, quoi que ce soit,
je m’ennuie à essayer de préciser

je ne vois pas ce que je vois, absorbée par les images

il y a longtemps, très longtemps, ça me revient :
je pensais écrire une sorte de phénoménologie,
sans savoir exactement ce qu’est la phénoménologie,
sans chercher à savoir,
j’écrivais sur l’artichaut et la pensée, je pensais que c’était de la phénoménologie,
sans savoir exactement

je ne savais rien, absolument rien, pour la raison que je voulais rien savoir,
je ne voulais pas apprendre, je refusais d’apprendre.
mais un jour, ce jour de l’artichaut et de la pensée,
est né ce texte intitulé Comment c’est : penser ? avec l’artichaut,
je pensais phénoménologie mais sans le dire, je pensais le mot

je n’en sais toujours pas plus, et en plus je ne vois rien de ce que je vois :
ça glisse, il n’y a pas d’obstacles,
c’est comme une substance lisse ; ce que je vois ne représente rien.
je vois des phénomènes,
des mix d’arguments et de prises de positions visuelles

dans la baie des images, je vogue et ne vois rien, plus rien
dans la baie des mots je retrouve la vue, et avec, les animaux à écailles
comme les artichauts dans leur rapport avec la pensée, toujours ratée