mémoire fraîche & grammaire courte

mémoire fraîche
dans l’allée moirée
ses reflets zim-zim
découpage d’ombres
swinging elle
pans voletant
grammaire courte
sous l’eau
respire : bulles
herbes au vent
folâtre chien
ses poils doux

c’est-à-dire : c’est / après

[avec J. Coltrane]

parfois (il y a) tant et si peu
sautillant répétant un temps fort un temps faible
sautillant glougloutant perpétuant
sautillant coulissant frénétique
inassouvi descendant sautillant
reprenant sautillant sur sept tons
sautillant fifille sautillante
creusant fouissante aiguisante

et reconnaissant un rythme soutenu, un rythme tout à coup changé
un rythme à dire, tout à coup changeant de registre
et même de responsabilité de dire, un sabir si on veut
c’est à dire : c’est / après

ensuite alanguis, avancés sur des promontoires voluptueux
comme ils se servent des notations et des paragraphes
ont la capacité d’écrire pauvrement, de rédiger de pauvres lettres
parfois (il y a) tant et si peu dans la finition de la ligne mélodique

voix reprendrait chef sifflet alors.

(Petits hurlements de poésie, miettes de grillons)

Il y a un autre espace, quelque chose qui n’est pas complété, qui ouvre,
c’est récent.
Quand la perception de l’espace change.
Il ne s’agit pas que d’espace physique.

En reviennent d’autres.

L’espace pas complété qui ne relève pas de l’espace physique.
Se cherche : c’est une trouée.
L’espace, loin.

Ce qui restera sans réponse est toujours resté sans réponse.
Il est où le truc de l’espace ?

On rêve d’un ordre souverain, d’un murmure soutenu,
et l’on n’en sauve que de vagues fragments.

Philippe Jaccottet, Éléments d’un songe, 1961

programme pour une lumière de fin d’année

le ferroviaire a bon dos de fournir tant de métaphores
et encore et encore : nous aimons tant les trains
et les rails sur lesquels glissent les trains, si terrestres

et pourtant si loin des routes

on restaure l’euphorie, on la décalamine,
on se tient sur les routes et les rails, on crée des triolets avec une crécelle
la lumière de fin d’année est un programme
qu’il est urgent de bâtir avant le premier de l’an prochain
avec des métaphores et des euphories

c’est rien, c’est si peu, si raté, si rien,
qu’encore il faille y mettre du sien,
qu’encore il y ait un peu de cette grammaire
sautant la nuit, allègre vers l’autre jour
au-dessus des rochers, des précipices attendus
& des temps parcourus à la seconde rapprochée

[…4, 5, 6, cueillir des cerises]

on vit très haut (deuxième volet)

seulement ce que je peux faire, dans cet état malaisé :
pas tout à fait écrire, pas tout à fait

dedans, dedans, loin au fond était l’idée, ses prolongements tardent,
un différé s’installe et stagne

apprendre la patience : incrustation de l’incantation,
on vit très haut quand le bord du mot soulève sa houle

personne ne peut rester fier dans cet état
même quand les phrases s’inscrivent dans le ciel, lisibles

                     1e Gymnopédie, Erik Satie

dans cet état indescriptible, dedans, dedans, loin au fond
creuse des perspectives fugaces dans le silence du non-advenu

on vit très haut (deuxième volet) n’a pas été inscrit
quand le bord du mot a soulevé sa houle