« le trouble envahit le monde »

vivre longtemps sans bouger sans projets
vivre comme ceci est vivre

sans savoir le lendemain est vivre
rien ne se sait jamais

se déprendre du statut de dominant s’apprend,
disent-ils

depuis longtemps vivre sans lendemain

apprendre à ne plus tout contrôler,
disent-ils

démunis, dépouillés, se dit Habenichtse
se dit j’ai, il a, elle a, le néant

âme élastique, âme tribulée,
riche du néant vivre tous les lendemains

Guillaume Le Pape, compagnie Hippocampe, septembre 2020

 

tiens, je vais arranger les choses

ce devait être facile : tiens, je vais arranger les choses
mais avant existait autre chose que les choses -
d’autres choses se manifestaient

les choses ne sont pas nées d’elles-mêmes
non pas nées comme ça : la chaîne de causalités
une chaîne avec des maillons multiples
tout imbriqués tout serrés les maillons de la chaîne

notamment nés comment, notamment -
ce pour le volet métaphysique : il y a beaucoup de choses
dans l’ordre des choses : que ça n’est pas

que ça n’est jamais ce que c’est
qu’il faudrait capturer l’instant
que même les grammairiens ne s’y risquent pas -

la chaîne des causalités présente : l’état des choses
en amont, en aval et sur les côtés
sans oublier les facteurs aggravants
& les circonstances atténuantes -

tiens, je vais arranger les choses : 
facilité de laquelle me prévaloir, subitement vaine &
que la chaîne de causalités alourdit d’insensé

La BD métaculturelle de David Moser (1979), page ouverte au hasard de
Ma thémagie, Douglas Hofstadter, 1988

snow pillow shadow

le beau est un moment
mais le beau n’est pas intéressant

pas tout le temps le beau
le beau lève le beau soulève le beau élève

le beau c’est si haut que jamais
l’échelle ne l’atteint

le beau remplit le thorax
parce qu’il est respiration amplifiante

creuse dans le noir le beau surgit
craque l’étincelle des courbures suaves

snow pillow shadow
mon esprit est en morceaux