méthode : lecture de tomates

hier j’ai vu des tomates dans un jardin
des tomates grosses et rouges, d’autres vertes
je manquais de tomates, je voulais quelques tomates.
la dame dans le jardin du bord du pont en réparation,
la dame habite là, le monsieur aussi,
il sortait de sa maison, gros, un gros monsieur,
mais pas plus gros que n’importe quel gros monsieur comme il y en a plein,
la dame je ne l’ai pas vue je l’ai entendue, derrière le buisson de tomates derrière le grillage qui les protégeait.
j’ai fait quelques pas, je suis revenue, repartie,
l’ombre difficile à trouver me faisait hésiter, je ne pouvais pas demander à la dame les tomates : elle restait cachée,
et le gros monsieur qui sortait là-bas de la maison était trop loin
j’ai encore regardé le pont en chantier, un très grand pont particulier comme il n’en existe plus, un monument à regarder
et puis je suis repartie, cette fois pour de bon, sans tomates.

dans ma tête, il y avait à la fois des tomates et de la confusion de pont,
je ne voulais ni pont rouge ni pont vert : le pont était recouvert d’un linge blanc brillant
je devais chercher l’ombre, je constatais que rien ne remplace l’ombre.
ce constat, je l’ai ensuite réitéré plus loin,
j’ai traversé un paysage très plat, jaune sec, sans ombre.

les tomates n’étaient pas obligatoires, mais ç’aurait été mieux,
ç’aurait été mieux que j’aie quelques tomates,
si je n’en avais pas ce n’était pas grave, oui mais,
certaines sont vertes, elles sont peut-être dures
je suis repartie avec l’idée que peut-être ces tomates n’étaient pas bonnes,
alors que je pensais aussi le contraire.

rencontré des gens comment pourquoi

et un peu plus : j’ai rencontré des gens, moi, Aalus, en vadrouille aux carrefours et sans temps. au bout, ce pont que je n’emprunterai pas (futur du passé historique de la reconstitution, ce faux truc*), bien trop immense et indéfini, cisaillé de métaux rouges de dimensions grues. j’ai rencontré quatre vigiles en chemises blanches, cravatés de noirs, dont une femme, dans ce hall climatisé, au loin ponctué de fauteuils rouges. point.

un arrêt a
toujours lieu sous la forme de cette sempiternelle question : où allez-vous ? moi, Aalus, en vadrouille aux carrefours, je n’ai aucune réponse. sans temps, j’avance et me fixe. je me renseigne sur la suite (dont il n’est pas sûr qu’elle se donne).
au dehors, j’ai avancé et rencontré des gens : la suite serait un tourbillon de robes courtes, de jambes, de bras.

*César lancera alors ses armées etc.

 

vérité lundi 410 / mondancien

Elle me fuit ou disparaît. Elle glisse.
Je ne cherche plus. Je recommence à chercher.
C’est animal, c’est de l’instinct.
Ça se tait. Ça se tapit.

Vérité m’est tombée dessus.
Quoique lente et tranquille, sans aucune agressivité. Tranquille vérité.
Je n’avais plus qu’à la suivre.

Enfin, je, pas tout à fait. Enfin, vérité, pas tout à fait.
Pas le désir : la vérité. Pas l’amour : la vérité.
Vérité avec un é à la fin.

Moi la vérité je parle.

Vérité lundi revenue dans le soir d’un samedi.
Se tait, se tapit.

monde ancien s’écrira mondancien
lisible de tous points de vue obscurcit
n’est plus ni champ ni hors-champ
mondancien s’écrira en se répétant
comme se répètent les dérogations
l’écart est infini
reprendre le fil
aimer se souvenir encore
de haïssables téléphones sonnent

le long de l’amour long

mon mari et moi, le long de l’amour long
l’homme et la femme, c’est moi qui, c’est lui qui
mon mari et moi l’oeuvre commune avec
les yeux du rire et la voix qui tremblote

c’est quelqu’un, mon mari et moi :
qui marche le long de l’amour long
indifférencié vers le Nord, tranquille, paisible
mon mari et moi, des bisbilles lumineuses
dans le croûton du temps, le long de l’amour long

encore un peu de temps, encore une voix encore
des yeux, mon mari et moi, à regarder en face
à marcher le long des digues vers le phare
le long de l’amour long

la nuit tombe sur les commencements, sans les voir

La nuit serait une suite. Ne pourrait être autre chose qu’une suite. Ce qu’elle est.
Pourtant il y aurait des commencements, qu’elle ne verrait pas. Parce qu’elle serait trop vieille, la nuit, et presbyte, la nuit. Elle n’y verrait plus rien, quelques lueurs, quelques lignes de fuite, quelque pétales de temps envolés, quelques badineries de trottoir consumées. Et des silhouettes disparaissent.

La nuit tombe sur les commencements. Rien ne dit qu’elle s’en relèvera. On ne l’aidera pas.
Des silhouettes précipitamment disparues, précocément disparues, sombrent avec elle. On ne les regrettera pas. La nuit ne voit rien, elle trébuche et bégaye, chaque soir au lieu de voir.
Elle a de grands aînés sur lesquels elle s’appuie, la nuit. Claudiquante, elle réclame le soutien d’un bras de chaque côté. Puis tombe.

La nuit surgit dans le bois. Où est-il, celui-là ? Un peu d’air circule aux fenêtres qu’elle décide d’envelopper de noir. Un feu crépite dans une cheminée ; une grosse dame noire chante divinement. Le bois disparaît dans la nuit, après la rivière, avant la plaine. La nuit décide du sort du bois et des feux, de l’amour et des silhouettes, qu’elle agrandit et distord. La nuit fait semblant d’être noire, mais ne l’a jamais été.

La nuit ne lit plus. Elle voudrait mais ne sait plus. Caressant tous les livres, les palpant parfois, la nuit n’ouvre plus que rarement un livre. La nuit fait boum-boum, quand elle reprend son souffle. Sinon, elle écoute les voix des juges dans les prétoires, ça la berce. Et les cris des détenus qui rythment les heures noires dans les cellules suroccupées. La nuit n’aime pas les alinéas. Elle fait dans le continu. C’est pourquoi elle est vieille à force de recommencer.

La nuit swingue quand on ne la regarde pas. Elle prend un balai dans le coin là-bas, et furtivement trace quelques pas dans sa cuisine minuscule. C’est comme cela qu’elle devient blanche. Qu’elle ne fait plus semblant. Qu’elle ne tombe plus sur les commencements sans les voir. Et des silhouettes réapparaissent tout au bout de l’allée près de la rivière. Lorsque la nuit n’est plus la nuit, elles sont au moins cinq.

                                                                              sculpture L’Été, de Bernard Mougin, avenue Foch, Le Havre