j’ai encore vu Marguerite

 

me frappent ces yeux, tous ces yeux dessinés
dans lesquels je ne lis que bonté

droiture du regard au milieu du chiffonnage du visage

les portraits d’A.A. de 1947 me regardent droit dans les yeux
bonté définitive, confiance inouïe

tandis qu’il se fouille les vertèbres sur un banc
à l’arrêt de l’autobus à Ivry

existe le vrai creusé de l’après-guerre
de toute la complication du visage de celui qui ne viendra pas*

………………………………………………………………………………

il est resté, lesté du seul poids de la mémoire faillible,
un peu du sel d’un souvenir :

j’ai encore vu Marguerite, mais où ?

 

* J’ai attendu toute la soirée des visites qui ne sont pas venues ; par contre j’ai reçu la visite de Robert Michelet et d’un de ses amis qui fout en l’air l’ésotérisme.
 Ce portrait est celui d’un prisonnier de la Santé.
Antonin Artaud, Portrait d’homme, circa juin 1947

                                                                                                                                    non loin d’Ivry

Auteur/autrice : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.