jeune femme, flirter avec la prostitution

un bruit court que la mort non, un bruit court comme une gymnaste, un bruit

le bar ouvert tard le soir, le bar et ses hauts tabourets, le bar

des années que ça dure, des années que c’est fini, des années

les souvenirs et le bruit des balayeuses, le bruit des années balayées

 

jeune femme, flirter avec la prostitution

 

là-haut sur la montagne, l’air pur, la montagne, descendre et regarder

regarder le regardable là-haut : les sommets enneigés au loin, encore

à cette saison, encore de la neige, de l’après-saison la neige

 

jeune femme, flirter avec la prostitution, anciennes années

 

un bruit court que la mort non, courante gymnaste aux sommets enneigés

regarder le regardable, au loin porter le regard : neige blanche

 

jeune femme, flirter avec la prostitution, neige du regard

 

des années que c’est fini, des années que ça dure, des années

le bruit des balayeuses, le bruit des années balayées

y revenir & semaine disparue

on ne se croirait pas dans le temps
pas tellement dans le temps

prenons un petit bureau de bois
haut sur ses quatre pattes
brun époustouflant de patine
attribuons-lui l’employé aux coudes
revêtus de manchons de lustrine
et disparaissons aussitôt

……………………………………………………………………………………………

de longs champs blonds inusités
formeraient à coup sûr le développé
d’une vue à perte et
de l’orée de la forêt
le sentier débutant
que conviendraient d’occuper
des pensées disparates

rêveusement dans le temps
on ne s’y croirait pas

              peintre actif aux Pays-Bas vers 1630, Portrait d’un peintre, toile, vers 1630 (collection Campana)

gare de triage

penser, premier mot venu à ne plus signifier, à rester dehors,
proche mais dehors, regardé comme image au milieu d’images

extérieur, penser flotte dans une absence de conjugaison,
cargo flottant ne traversant rien que mers déchues

effort de penser
enclos dans les sons de l’aveuglement
et plus encore
profondément dilué en vapeurs iréniques

suffirait-il d’un peu de désinvolture
une fois que tout est défait ?

des joints et de la noirceur du monde

que faire contre les joints qui noircissent ?
ce n’est pas une question, je ne veux aucun mal aux joints qui noircissent
je ne veux rien contre eux, je voudrais qu’ils soient re-blancs
sans question, sans intervention, sans chercher de réponse

la feuille sur laquelle j’avais noté ce qui devait s’écrire a été déchirée
je tourne la tête machinalement vers elle : rien
je pense alors à l’image, aux années, je me décris des scenarii
dans lesquels le coin du joint n’est pas noirci, ne l’est jamais

l’image est encore sur le bureau, il suffirait que j’écarte la page
je l’ai en tête, et avant de double-cliquer sur elle, elle n’existe pas
et même dans ma tête, elle n’existe pas : au lieu d’elle
plusieurs émanations du temps présent, le bruit d’un lave-linge et Ravel

ce que j’ai vu du joint, je peux bien le dire, il n’y en a qu’un
– c’est une enflure que de dire les joints, une généralisation abusive –
ce que j’ai vu du joint m’a navrée, et notamment des nuances de rouille
cet étrange orangé dans le noir qui s’avance

© Bernard Demiaux, Overdose Family, 1995

l’image vivement colorée qui stagne sur mon bureau dans l’attente de son sort
n’a plus de corps, elle habite les années, elle sera remplacée par une autre
plus élégante, plus à la mode de la noirceur du temps présent,
ancrée dans la jouisseuse mise en abyme d’un impossible re-blanc

une question d’heure + la pluie

À chaque fois il était une heure de plus.
Elle dormait. Une heure de plus. Et se rendormait.

Ils avaient fait cheese à sa demande et la photo avait été réussie.
Quatre dont trois femmes sur une petite place, la pluie les mouillant un peu.
Ils ne parlaient pas français.
Elle avait occupé une place au bord de la façade, imaginant éviter la pluie.
Et mangé deux entrées chaudes, alternativement, avant qu’elles refroidissent.

La légère pluie n’était pas suffisante, chacun lui résistait avec grâce.
Leurs sourires après la photo, puis redevenus des inconnus.
Elle avait quitté la petite place et dormi dans sa voiture.

C’est longtemps après, une fois la tempête essuyée au volant,
qu’il était une heure de plus à chaque fois.
Et qu’elle se rendormait.