Une vieille odeur de banquette

[5 octobre 2011]

Être libre.

Myriam coincée sur la banquette défraîchie dans le recoin du bar réfléchit.

Être libre.

Ses doigts enserrent la tasse, mais elle ne boit pas, elle enserre et repose, elle enserre et ne desserre pas.

Elle tient l’objet.

Être libre et tenir quelque chose.

Elle repose la tasse et se détend dans le fond de la banquette, dont une odeur passe au ras de ses narines.

Une vieille odeur de banquette.

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire