pluralitas non est ponenda sine necessitate

ensuite, après les efforts
(les efforts du climat, les efforts du socius, les efforts des morts-mêmes, tous les efforts, les efforts),
après tous ceux-ci et d’autres oubliés (les efforts du jardin, les efforts des repas, les efforts du semblant de s’intéresser),
après encore d’autres efforts difficiles à répertorier (les efforts du subi, les efforts de l’ambivalence, les efforts de la patte du chat-chien en arrêt, les efforts de l’attente),
mais aussi après certains efforts qui ne se combinent qu’à raison de leur insu (les efforts éblouis par le soleil par exemple, sans pare-soleil, les efforts de l’attention dans laquelle mille choses entrent en jeu, etc.),
après les efforts des tâches repoussées, remises à plus tard, après les efforts du languissement spécial des jours d’après l’euphorie, d’après les souffrances stupides,
après les pensées en vrac (qui ne relèvent de l’effort que par torsion rhétorique),
après les moindres recoins du domaine exploré, après que les efforts grandioses et minuscules s’apaisent au flottement mince des feuilles (caressées par le vent, mais il ne s’agit alors plus d’efforts),
après les efforts encore, ceux qui surviennent après l’effort (les efforts surnuméraires, les efforts plus forts),
après encore et s’éloignant,
les efforts perdent leur nom, ensevelis sous une métaphore qui refuse désormais de les transporter

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.