(une formule encore secrète)

(1)

Anaëlle G. se tenait devant Bertrand M. et commença, une fois que celui-ci eut fini d’exposer ses vues, d’exposer les siennes. Naturellement, elle ne commença pas par la phrase qu’elle avait prévu de dire, et peut-être ne la dirait-elle pas, tout dépendrait de la direction prise par l’entretien. Et avant de solliciter de hauts fonctionnaires aux intérêts souvent contradictoires – les uns, par essence défenseurs de l’ordre établi et des hiérarchies, des protocoles et des célébrations ; les autres, prêts à tout pour noyer les différences dans une grande kermesse du savoir dévalué au nom de l’égalitarisme – elle commençait son tour de table avec des communicants au sens large.
C’est précisément ce à quoi elle avait décidé de sensibiliser B.M. et d’autres : le sens large, l’approximation, la dilution, le nivellement par le bas, l’accélération des déroutes et des chutes, le déficit de transcendance.

B.M. écoutait attentivement A.G. sur la restauration du nom de famille porteur de transcendance ; la transmission des valeurs passe aussi par le fardeau symbolique que chaque individu se traîne : s’il n’a plus rien à traîner, il n’a plus de poids, il flotte dans l’éther de l’indifférenciation, il grogne, il geint, il attaque au couteau. Si les gens se tutoient et s’appellent par leurs prénoms ou leurs pseudos, c’est la grande camaraderie généralisée, et le début de la guerre totale. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, il fallait lester l’individu plutôt que de le délester complètement…

Le raccourci emprunté par Anaëlle G. opérait sur Bertrand M. un curieux mélange réactif, qu’elle s’empressa de corriger, à la vue de ses sourcils froncés : la grenouille fluorescente argentine lui fut alors d’un grand secours. Rien de tel qu’un peu d’exotisme animal pour détendre l’atmosphère. Et c’est par elle, cette petite grenouille captive, qu’elle le tint, lui, dans le petit bocal où B.M. la recevait :

  • Du côté des grenouilles, il y a un enchaînement de questions : on ne sait pas très bien pourquoi les animaux ont cette aptitude à la fluorescence, mais on pense que cela pourrait leur être utile pour communiquer, se camoufler ou attirer un partenaire.
  • Et du côté de la science, le schéma fourni par le petit batracien amphibien s’inscrit clairement dans la grande course aux innovations, et ouvre à un profit possible.

La science, ultime rempart contre le désespoir. Des révolutions possibles pour le bien de l’humanité. Par l’étonnement.

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.