parfois le silence

Vendredi 24 avril 2009

 

On pourrait croire que la petite girafe bleue qui insiste dans la mémoire d’une mémé, qui a voyagé d’un tiroir à une armoire, d’un placard à une commode, on pourrait croire que cette girafonne n’a jamais trouvé sa place,27112009012 on pourrait imaginer qu’elle a traversé des rues et des villes dans une poche de salopette, et, qu’oubliée, elle a perdu sa tête ou bien sa queue au fond d’une poubelle immense, on pourrait aussi se dire qu’elle a servi à recueillir certains secrets, à regarder son ventre ouvert sur le cache d’un tout petit magnétophone. Bien des choses inutiles restent et résistent à la compréhension ordinaire.

Auteur : Édith Msika

femme de lettres et du néant, probablement

Laisser un commentaire