maigre rondelle de citron


une fois par an je prends un Martini blanc
nous parlions à l’angle de ces deux rues
les glaçons fondirent très vite

une fois par an c’était cette fois-ci
les glaçons ne tintèrent pas longtemps
se résorbèrent dans le liquide clair

je pressai la maigre rondelle de citron
au fond du large verre sculpté
avec peut-être la cuillère de son café

le ciel parisien toujours gris de craie
absorbait nos paroles de vieux parents 
dans l’infini de leurs vies d’adultes infinies

comme dans un film noir 
j’écrasai encore la rondelle de citron
dans le liquide clair de mon Martini blanc.


Auteur/autrice : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.