la chaleur dégueulasse du collant

1) la petite femme aguicheuse portait parfois des collants résille, elle était la femme d’un monsieur réputé et tutoyait un peu trop facilement

2) le moment où une jeune fille doit enfiler une paire de collants pour la première fois

3) bien avant, bien bien avant d’enfiler le collant, il a fallu envisager la couleur du collant ; la couleur de la jambe n’est pas la couleur du collant, comment savoir le rendu ?

4) il n’y a aucun mode d’emploi du collant : ni de l’enfilage, ni de la couleur, ni de la taille, ni du rendu final

5) le collant est une métaphore du semblant mais la jeune fille ne la voit pas, perplexe devant le rayon des collants

6) la fragilité du collant : toujours peur qu’il fileIMG_20151225_163927

7) la chaleur qu’il procure, la chaleur dégueulasse du nylon acrylique

8) du collant apprendre le semblant définitif : l’identité qui colle à la fille en devenir femme

9) l’apprentissage du collant n’est pas remboursé, il entre pourtant dans une économie du semblant

0) la petite femme aguicheuse portait parfois des collants résille, elle était la femme d’un monsieur réputé
et tutoyait un peu trop facilement


[photo d’un cartel pour un tableau de Wifredo Lam]

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.