Vendredi : quoi faire de ses je veux


– ……


– … La figure du coiffeur quand il « défait la boucle », il la défait comme il carderait une pelote de laine sauvage, il « ouvre » le cheveu, il le défait, et, le défaisant il connaît le cheveu de l’intérieur, c’est très étrange à voir.
Il singularise tout ce qu’il touche, et, en touchant, il définit, comme le narrateur d’Emmanuel Bove quand il reconnaît ses dents le matin, il se fait exister, il remet les choses en place. 
Ou plus exactement il assigne au miroir la fonction de se recomposer la dentition : il se sépare les dents, elles sonnent ensuite, chacune sa petite musique. 

Sinon, tout est confus, vous voyez, c’est ça le coiffeur, il sépare, il défait, ensuite, magie, il recompose la boucle avec un pschitt. Le pschitt est l’arme fatale du coiffeur
.
– Qui ?

– Bove, un auteur français des années trente, un type formidable, comme vous diriez.

J’ai rêvé de ma grand-mère en col roulé, mollets bronzés, jeune, elle s’écriait, très enthousiaste, très entraînante : Allons mourir ! Elle était très vivante comme elle n’a jamais été, et bronzée comme elle n’a jamais été. C’est un drôle de truc la vie, on peut naître dans une petite allée de maisons ouvrières avec jardinets parfumés dans une époque, et mourir dans une autre à laquelle on ne comprend plus rien.
C’est pas synchrone de soi, la vie. 

C’est une époque où on utilisait de la laque pour tenir le cheveu en place, il le fallait, il fallait que le cheveu se tienne bien, comme bien se tenir à table, les mains bien à plat. Pour se faire faire une permanente. La permanente tient bien. La permanente dure…ce que dure l’intervalle de retourner chez le coiffeur.
Il existe des pschitt qui remplacent la laque ; peut-être que la laque existe toujours pour certaines mémés à cheveux clairs et trop fins encore en vie, je ne sais pas ? C’est un peu flippant comme perspective, la mémé à pschitt de laque et bas chair encore en vie.

– Chair encore en vie…

– Non ! bas chair ! bas comme des bas sur les jambes qui tiennent avec des fixe-bas, porte-jarretelles, on ne connaît plus les noms, mais on les voit bien quand c’est l’actrice américaine qui les manipule, ou mieux, l’Italienne, avec la permanente et le regard par-dessous d’un air entendu, comme si elles possédaient tout le savoir du monde.
– …

– Certes, un savoir-y-faire
.
– Vous venez la semaine prochaine ? 

– Oui !

– Alors à mardi
.
– D’accord, à mardi.

[extrait de Dialogue avec l’analyste,
version consolidée du 7 octobre 2015]

détail de l’emballage de l’Arc de Triomphe (Christo & Jeanne-Claude), septembre 2021

« la sécurité totale n’existe pas »

27 septembre 2001.

Au début.
On apprend qu’un type avec un nom de machine à laver aurait commandité cet(te) horreur/crime/monstruosité/action nihiliste (toutes les mentions peuvent être cochées). Le type est qualifié de terroriste. On n’a pas d’autre mot, mais il faut bien le désigner, puis le définir. Chacun s’en empare, d’abord du bout des lèvres, puis à pleine Bush.
Exposés à ce spectacle, on tente avec plus ou moins de bonheur de restaurer ses capacités pensantes, largement entamées par le spectacle de l’écroulement de « symboles de la puissance américaine », en direct.
Juste, il y a des gens dedans, dedans, à tous les étages, comme le gaz au début du siècle dernier. Douleur, évidemment. On ne se sent plus étanche, subitement.
C’est irreprésentable, comme la mort au demeurant.
On peut se surprendre à penser, toutefois, que la violence faite à certains peuples, peut-être…un retour des choses…l’arrogance des Etats-Unis…

Puis.
En bons enfants de la psychanalyse (sommaire), on nous dénoue les fils : le type a été enfant en Arabie Saoudite. Il est de bonne famille. Il a donc une famille. Puis il a été « répudié » (dixit certains media qui le confondent probablement avec une femme), déchu de sa nationalité.
Nourri au lait de l’Occident, on le voit apparaître baba cool en Suède dans les années 70 (ça fait vendre). On aurait pu le connaître, avant qu’il ne lave plus blanc. On est de la même génération. Voire on a le même âge.
W. parle de la lutte du Bien contre le Mal. Le nucléaire, c’est le Bien, Hiroshima, c’est le festival du Bien, l’Occident et ses visées conquérantes, c’est le Bien, l’obésité, c’est le Bien, l’american way of life, c’est le Bien, l’auto-destruction lente par infarctus et accidents coronariens, c’est le Bien…Le Mal repose sur un seul homme, un seul ! Forcément, il a fait un one shot. Pourquoi faire lent quand on peut faire rapide ?
Retour du refoulé (Freud, Statue de la Liberté en vue : j’apporte la peste…). Et de prier, prier, prier…pour éradiquer Satan incarné. Incrédulité devant cette nation qui n’a pas opéré la séparation de l’Eglise et de l’Etat. On se frotte les yeux.

Ensuite.
On s’informe dans le Monde (la télé continuant de cracher ses images abjectes, ses discours approximatifs, ça va beaucoup faire avancer le schmilblick). On découvre les failles des services secrets (en effet, ils ne se placent pas dans la tête des individus, pas encore), l’insuffisance d’empathie pour l’âme musulmane (mais ont-ils une âme ?), l’absence navrante de spécialistes parlant arabe.
On remonte à toute berzingue la suite des causalités, vite, vite. Les nations avancées s’autocritiquent. Mea culpa général.

Pendant ce temps, le chef de bande W. en appelle à la réponse musclée. Théorie d’images militaires, perspectives d’écrasement total de la bête immonde. W. lavera encore plus blanc, populations comprises. On ne peut pas se demander s’il a lu Sun Tzu, à l’évidence, non.

Enfin.
On inaugure le nouveau millénaire avec une découverte majeure : la sécurité totale n’existe pas. On redécouvre le risque supérieur à zéro, l’infini de la menace, la variole, pourquoi pas la peste bubonique ?, le démantèlement impossible de centrales nucléaires inactives, bref, la finitude, qu’on avait fini par oublier. On se refrotte les yeux.
Pendant ce temps, on continue à faire des enfants, on se reproduit pour perpétuer l’espèce. Le type au nom de machine à laver, lui, ne sait pas combien d’enfants il a. Nous, on sait : un ou deux, généralement, auxquels on tient comme à la prunelle de nos yeux, qu’on se refrotte, pour l’occasion. On ne peut pas les faire rerentrer dans nos utérus pour qu’ils y soient à l’abri, merde.
On est en face de deux types : un qui se cache, l’autre qui se montre. C’est un duel, on se dit que c’est ça. C’est où et quand le rendez-vous ? On se surprend à attendre que ça vienne, ça nous calmerait. On pourrait continuer à vaquer à nos occupations, réfléchir à pour qui on va voter aux présidentielles de 2002…En gros, c’est là qu’on s’était arrêté, juste avant.
On aimerait bien repasser le film à l’envers, en remonter les rushes autrement, couper certains plans. Cette option n’est pas disponible. Une erreur-système de niveau X est intervenue. Veuillez redémarrer votre machine.

Épilogue.
15 octobre 2001. Le duel n’a pas encore eu lieu. Les rumeurs enflent. O.B.L. n’a jamais été en Suède, c’était son frère. L’anthrax bat son plein. Va falloir songer à vacciner les enfants contre la variole. Et c’est bientôt le mois du blanc.

                           Design Week Paris 2021, Hôtel La Louisiane, Room 15, Maison Verrsen (détail).

ce qui suit [avec Gershwin]

 

je lis pas tout ça, moi
alors qu’est-ce que je lis ?
je ne sais pas

qu’est-ce que je fous
je pense que c’est ça le truc :
ce que je fous

je fous rien
jamais rien
et depuis longtemps

je regarde le monde
qui me regarde
et la mer aussi

quand elle est là
je suis là
sinon ailleurs

ce qui suit n’est
rien d’autre que
ce qui suit

ce qui suit
suit ce qui suit
en quelque sorte

d’un titre on fait suite
on résume à la louche
on est ici

ce qu’on lit
on ne sait pas
mais nos pas nous propulsent

ailleurs propice
dans une douceur
ailleurs dans une ruelle.

 

:::::: soixante-cinquième septembre :

elle écrit : se cacher

elle écrit : dans le moindre peu – se cacher

ne se cache pas

elle écrit : les découvertes sont rares

elle écrit d’écrire : transversal train

ne se souvient pas de ce que ça veut dire

fustige le ça, ne trouve pas d’équivalent

ne se cache pas vraiment

retrouve un fragment de lettre

il y est question d’un ex-patron de la DST

de séminaires sur la mauvaise foi

de séminaires seulement pour les hommes

les femmes n’en ont pas besoin

transversal train de généralités

le moindre peu – dans lequel se cacher

avec son petit tiret élégant

elle retrouve la lettre mais n’en fait rien

elle retrouve les écrits mais n’en fait rien

elle ne fait rien de ces généralités

transversal train de découvertes rares

elle écrit : un

puis s’arrête à deux

elle trafique encore un peu

avant de se cacher : elle écrit

maigre rondelle de citron


une fois par an je prends un Martini blanc
nous parlions à l’angle de ces deux rues
les glaçons fondirent très vite

une fois par an c’était cette fois-ci
les glaçons ne tintèrent pas longtemps
se résorbèrent dans le liquide clair

je pressai la maigre rondelle de citron
au fond du large verre sculpté
avec peut-être la cuillère de son café

le ciel parisien toujours gris de craie
absorbait nos paroles de vieux parents 
dans l’infini de leurs vies d’adultes infinies

comme dans un film noir 
j’écrasai encore la rondelle de citron
dans le liquide clair de mon Martini blanc.


suite sans suite sans suite sans suite :::

Je suis en suspension. J’ignore aujourd’hui le devenir de cette institution,
et le mien par la même occasion. Il semble que l’ennemi finalement existe,
que des décisions ont été prises pour faire cesser l’existence de cette institution.
Peut-être se sont-ils rendu compte de l’équivalence des identités, justement.
Qu’il n’y avait rien de remarquable à remarquer.
Peut-être ont-ils pris la décision

d’organiser le monde différemment, puisque le monde a changé ?

…dit le narrateur, Yann, à Romuald, vers la fin de
Une théorie de l’attachement, paru chez P.O.L en 2002

 

Cornelia lui avait posé la question : que comptes-tu faire maintenant ? Rien de plus que toi, avait-il répondu. Personne n’a de nécessité à être. Tu mets du rouge à lèvres, je ne te demande pas pourquoi, et pourtant.
Tu devrais essayer ! lui avait-elle rétorqué, mutine.
Ils marchaient le long de la Seine sur les nouvelles promenades au bord du fleuve toutes entières rendues aux piétons et aux deux-roues sans moteur autre qu’électrique. Les phrases devaient dorénavant faire des kilomètres à force de précisions sur les segmentations des circulations dont l’espace public faisait l’objet. Yann aspirait à l’élémentaire, au balbutiement, aux débuts, mais se dépêtrait difficilement des usages qu’il faisait antérieurement de son vocabulaire.

Il se souvenait qu’il devait rapporter avec précision, que rien ne devait être politique, il ne se souvenait pas de grand-chose, et pourtant il était encore englué.
Je crois toujours qu’il me manque quelque chose, marmonna-t-il en suivant une idée qui venait de disparaître et qu’il tentait malgré tout d’attraper machinalement avec la main droite.
Quoi ? dit Cornelia. Il y a du bruit, encore du bruit, malgré l’absence des voitures. Oui, on entend les mouettes, mais il y a tous ces bruits de fond.
Et tous ces cons sans fond.
Ils étaient à peu près sous le Ministère des Affaires Étrangères, pour situer. Dans l’après-midi déserte ils prirent une bière au Rosa Bonheur, petit format.

[voir aussi Pont de l’Alma ]