(une formule encore secrète) 8

(8)

L’ouverture de la prochaine rencontre devait se faire sous le thème de l’hybridation, que le quatuor avait décidé d’inclure dans ses travaux. Il y avait les hommes et les femmes, les revendications de dissolution des frontières des genres, l’invention du neutre, et plus concrètement les modifications de corps et de sexe, sous le régime de la réparation de supposées erreurs de la nature. L’espèce se diversifiait tout en s’homogénéisant, créant à cette occasion de nombreux néologismes et acronymes. D’un bord, l’individu revendiquait sa propre modification pour se ressembler : il imaginait un être auquel il donnerait vie en toute liberté, indépendamment des désignations de genre ; d’un autre bord, il manifestait un désir de conformité issu précisément des modèles en circulation des genres établis : appartenir à ce groupe-ci plutôt qu’à ce groupe-là.

La vie essayiste dans la deuxième moitié du XXe siècle avait peu à peu dégagé les individus de tout parti-pris, de tout engagement, de toute obédience, de toute nécessité du choix. Les cobayes plus ou moins volontairement enrôlés de cette période, livrés à un hyperchoix sexuel, s’étaient faits les messagers de la secrète idéologie régnante à propos de la dispersion de l’amour et de l’indistinction sexuée, non sans angoisse pour la reproduction de l’espèce, qui ne se manifestait alors qu’en ses marges. Plus tard, des espèces animales commenceraient de disparaître, par dizaines, actant ainsi le début de la disparition de l’espèce humaine. Dont on ne saurait jamais démêler les causes, évidemment multifactorielles.

De plus en plus de gens parlaient et gesticulaient tout seuls, parce que c’était pour eux la meilleure manière de dire leur corps, de dire qu’ils étaient dans l’espace, eux, leur corps et eux. Qu’ils étaient là, hic et nunc, et qu’ils le faisaient savoir. Désespérément. Solitairement. L’art, et en particulier la performance corporelle, rendait parfois compte de cette nouvelle triangulation : le corps était parlé par le sujet comme s’il était extérieur à lui. La faculté séparatrice du langage venait définir, entre le corps et l’esprit, un troisième terme inscrit dans la langue : le corps en tant qu’entité indépendante de celui qui l’incarnait. Le public assistait alors à une objectivation de l’humain se démultipliant. Médusé, il ne mouftait plus. Le but ? Le distraire de la parole, installer le silence, montrer la pulsion à l’état pur, cet impossible de l’exposition.

Hormis Philémon K., en retrait, ces questions passionnaient les trois autres : quelle était la représentation de la transcendance dans ces conditions de croyance du gommage des frontières entre les sexes et tout à la fois de l’exigence égalitaire des genres installés ? P.K. considérait que c’était minoritaire, et qu’il n’y avait pas lieu d’examiner des postulats aussi sociologiques et cantonnés aux zones géographiques urbaines du monde occidental. Il ne sentait pas du tout à l’aise et préférait rester dans des approches expérimentales plus scientifiques. La vieille opposition science dure / science molle.
En ce sens, c’était cadeau qu’une grenouille banale offrît à la fois de l’exotisme sud-américain, des molécules rares, du latin, un pourcentage et une comparaison de luminescence avantageuse avec la lune, pleine. Désir de poésie pas mort.

Ce n’est probablement pas sans raison que dans les époques
dont l’esprit ressemble à un champ de foire, le rôle d’antithèse soit dévolu à des poètes
qui n’ont rien à voir avec leur époque. Ils ne se salissent pas avec les pensées de leur temps (…)
Robert Musil, l’Homme sans qualités

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire