un flottement de noir&blanc

ce flottement, d’abord apparu sur un banc, n’était pas encore noir&blanc

portant des bretelles violettes, un homme lent au journal caché paraissait hésiter

une femme réfléchissait assise devant un mur troué d’une porte verte écaillée

plus tard, B. lui dit d’écrire, dans un léger rire que des bruits de sirènes ponctuaient

un homme rangeait ses journaux plus tôt que d’habitude, il souffrait des dents

le flottement, identique à celui des ans, nimbait de vieilles vitrines inchangées

quand le temps indolent s’étalait, la femme achetait le journal, celui-ci, le même

de noir&blanc le flottement consistait à l’endroit précis où se tenaient les assis

Auteur : Édith Msika

femme de lettres et du néant, probablement

Laisser un commentaire