assises sans objet

je vais me lever
je vais me laver
c’est tralala :: c’est peu
c’est peu mais c’est beaucoup
c’est déjà demain pourtant

c’est la guerre on combat jusqu’à la mort
les hommes aiment la mort aiment la mer
ils aiment tant et tant regarder la mer et mourir

tant et tant les mots, tant et tant Momò
je me lève et me lave
tant de fanfares, tant de phares et de gares

il n’y a plus de port usb
les sièges sont douillets
plein d’horizons nouveaux

la stratégie est très claire : je me lave après
je me lève d’abord
puis je prends les destinations

l’adresse mythique plaît à Momò, il la loue
il sera heureux dedans l’adresse
il créera des petits boutons et se lavera

il est trop tard, il y a trop d’écho
il faut penser au long-terme
aux petits oiseaux
aux reines-claudes
à l’aller simple pour la mort

Auteur : Édith Msika

femme de lettres et du néant, probablement

Laisser un commentaire