s’ensuit une grande dérive

notre monde à la chute duquel on a tous participé

mais trop grand : il y a cette nécessité, disent-ils

pourquoi ces pronoms, dit-il ? quel est leur origine ?

le on, le nous, les autres, et al.

reprise : s’ensuit une grande dérive

lorsque je l’aperçus, je me levai de mon strapontin
et le hélai : hé ! avec le bras
il passait sur le quai, passablement embrumé
me vit alors et son regard s’éclaira : ah !
la portière du métro se referma brutalement
je me rassis non sans avoir eu le temps
de faire le geste exclamatif : je te téléphone !
ou bien : on se téléphone, le on étant alors je et tu
le vieux geste avec l’auriculaire et le pouce
de l’oreille à la bouche : distance adéquate
du je au tu et retour

les aiguilles du réveil persistent à avancer

ainsi que sa trotteuse contrastée

son bruit couvre celui du monde trop grand

à la chute duquel on a tous participé

s’ensuit une grande dérive.

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.