:: protectorat de la langue ::

moi aussi j’attends qu’elle me livre son texte ;
elle doit me présenter :

Gjon Mili, Femme debout, réalisée au crayon lumineux par Pablo Picasso à la Galloise, Vallauris, en août 1949

protectorat de la langue
il y est question de poids des mots, de mots recherchés
(elle explique de manière fastidieuse qu’il ne s’agit pas
de la recherche des mots, qu’elle n’a pas de problème
avec une quelconque recherche de mots,
il y en a suffisamment à disposition, non, il s’agit d’autre chose)

et

longer un mur (ce point me paraît plus obscur)
elle longe le bord de mer, mais aussi une bibliothèque ;
un mur, c’est moins sûr, mais elle tient
à cette action de longer (quelque chose de solide,
de plus solide que la mer ou qu’une bibliothèque ?)

………………

le protectorat de la langue prend appui sur
ce que pèseraient des mots non pesants :
des mots avec poids mais pas lourds

qui seraient recherchés
sans avoir à les rechercher

d’un côté, le mur : mais il n’y a qu’un côté,
il n’y a pas de balancement dialectique

elle n’est pas entre deux formes, entre deux objets

elle n’est pas en retard à proprement parler

si elle est en avance, elle doit reculer

le film est passé à l’envers : on la voit reculer 
le long de la bibliothèque, de la mer, du mur

sa sihouette s’estompe sans qu’on sache
si elle est au loin : les couleurs et les formes pèsent
autrement qu’en une aquarelle (en mots)

………………

elle a attendu douze jours puis m’a livré son texte,
il n’est jamais revenu.

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.