« papa se meurt »

la mort est une mort est sa mort est la mienne
des autres rien (fumée)



pour dire, il faut de la matière,
pour donner de la matière : des rubans,
des rubans de parole 


papa se meurt peut être dit si on a la matière

la mort ne choisit pas son moment
la mort arrive et parfois
elle est dite comme arrivant 
et même par le vivant, l’encore vivant :
sa mort le frôle, l’enjôle, le sollicite

la mort s’annonce, met les pieds dans le plat
que le vivant ne mange plus
parce qu’il n’a plus faim,
qu’il pense mourir

il faut bien mourir un jour, 
disent-ils distraitement

la mort arrive dans le corps, dans la parole
dans le corps transporté par la parole,
dans la parole d’un corps décharné
papa se meurt est une terreur dite

sa mort les concerne, les enfants,
la mort du père est un lieu commun,
ils la mettent au pot commun,
papa n’est pas mort, pas encore,
on ne sait pas ce que ça ferait, 
le mot moins l’r dans le mot

pour l’instant papa se meurt
et c’est bien suffisant pour les enfants
                                                      Zao Wou Ki, vitrail au Prieuré Saint Cosme – Demeure de Ronsard, 2010

Auteur/autrice : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 / Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 / L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016 / pipelette dancing, Editions louise bottu, 2022 /

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.