(une formule encore secrète) 9

(9)

Le lieu de la rencontre suivante était plus fermé que le précédent : du bois sombre recouvrait de grands pans de murs, et la lumière, artificielle, éclairait les angles supérieurs du plafond en ogives entrecroisées plutôt que les visages des membres de la //A. Malgré leur désir d’innocence et d’anonymat, un semblant de decorum leur avait paru nécessaire, et Tierceline I. s’était subitement souvenue qu’elle connaissait un franc-maçon qui pourrait leur prêter une pièce du temple non revêtue de solennité, peu chargée en symboles, durant quelques heures.

La correspondance entre les gens et les lieux trouvait ici une réponse adéquate, alors qu’elle balbutiait si souvent, les lieux existants n’ayant plus grand-chose à faire des gens existants. C’était d’ailleurs, selon Anaëlle G., l’une des raisons de la rage de destruction des vieilles pierres par des révolutionnaires auto-proclamés, qui pourtant en étaient à peu près au même stade d’obsolescence que les pierres qu’ils visaient. Il y avait non seulement plus d’adéquation entre les fonctions des vieux bâtiments et les usages contemporains, mais aussi une violence faite à l’esprit, à jamais incapable de prendre le temps d’entrer dans les méandres de l’Histoire, incommensurablement lents.

Leurs échanges prenaient une allure totalement échevelée. Philémon K. cita le blob, défini comme génie unicellulaire n’appartenant à aucun des règnes en particulier, ni plante, ni animal ni champignon : une unique cellule géante capable de se déplacer défiant toutes les lois de la biologie, Physarum polycephalum.
– Fusion alors, plutôt qu’hybridation ? avança T.I.
– Et si on revenait à la lumière de la grenouille ? proposa A.G.

La surprise du blob suscitait tellement d’étonnement qu’on considéra ce soir-là qu’il était en excès, qu’il fallait aussi assigner des limites à l’étonnement. On ne pouvait pas passer la soirée à discuter des genres, du blob et des lieux chargés d’histoire explosés par des rebelles. En même temps on convenait qu’il était utile de constater comment apprivoiser les différences de points de vue. Et qu’il était heureux qu’il y en eût. Le blob fut décrété à l’unanimité degré zéro de la transcendance. Il ne pouvait pas convenir à la démonstration.
Et la discussion reprit sur l’hybridation. Plus ou moins.

– À force de cadrer la vie avec des équipements de cadre de vie, de vouloir que tous les gens vivent ensemble et se mélangent, de mailler le tissu social avec des équipements de rencontres obligées, telles des haltes-garderies pour adultes, le tropisme rassembleur finit par créer de la haine, dit Anaëlle G., qui tenait à placer une de ses pensées sur la contrainte sociale comme forme d’hybridation, ce qui parut assez spécieux aux yeux de Tierceline I., laquelle marquait sa désapprobation par un soupir, tournant son regard vers les deux hommes en quête éventuelle de leur approbation.
– C’est ta misanthropie galopante qui parle, ajouta Bertrand M.
– Ça ne fait pas avancer le débat, remarqua Philémon K. tout en triturant une statuette en résine vert bronze, copie d’un buste antique de Bourdelle opportunément apparue sur la table.
P.K. avait le chic pour faire apparaître des objets qui n’étaient pas présents auparavant, et les manipuler.
– On ne peut pas mélanger tous les messages, tempéra Bertrand M.
– Je ne sais pas ce qu’on peut, c’est le problème, lâcha A.G. un peu contrariée.
– Je crains, Anaëlle, que vous ne soyiez hybridée vous-même, badina P.K.

Mouflon, Emeric Chantier, 2017 ©A2Z Art Gallery [musée de l’Homme]
La discussion patinait, le semblant de decorum ne changeait rien au patinage conversationnel, au contraire, aurait-on observé. Ce n’était ni le jour ni l’heure. Ils allaient se séparer, très peu satisfaits d’eux-mêmes, voire pire : ils commençaient, chacun par-devers eux, à se demander s’ils ne s’étaient pas fourvoyés. C’était si fréquent, pourtant, de s’irriter les uns les autres avec les meilleures intentions du monde.
Ils se séparèrent, mais pas tout de suite en réalité. Lorsqu’ils voulurent sortir de l’hôtel particulier, il n’était pas très tard. Leur réunion ayant tourné court, ils croisèrent la gardienne, qui, surprise de voir du monde et n’ayant pas été prévenue, les interpella après les avoir salués. Le bonsoir d’usage était suivi d’une forme d’interrogation sur ce qu’ils faisaient là :

– À proprement parler, rien, répondit Bertrand M.
– On était venus pour discuter de quelque chose. Monsieur T., que je connais bien, m’avait prêté les clés, ajouta Tierceline I. pour rassurer la gardienne.
– Et la discussion a tourné court, précisa Anaëlle G.
– Ah oui, je vois qui est Monsieur T. Et de quoi deviez-vous discuter ? demanda la gardienne, intéressée.
– De la transcendance, mais ce soir, plus précisément, de l’hybridation…répondit encore A.G.
– Et d’une grenouille fluorescente, continua de badiner Philémon K. Observée en captivité en Argentine, elle a émis une lueur bleu-vert incroyablement intense lorsqu’on a braqué sur elle une lumière ultraviolette, crut-il bon de résumer.
– Je suis fière de cette grenouille, alors ! s’exclama la gardienne tout à trac.
………, se turent les trois, cumulant leur points de suspension dans une stupéfaction commune.
– Parce que je suis argentine, et que si elle projetait une supra-lumière, il y aurait des solutions, avança la gardienne.
– Vous êtes ici depuis longtemps ? demanda A.G.
– Non, depuis quelques années seulement. Je suis venue pour mes études, et puis j’ai trouvé une loge de gardienne dans une loge de francs-maçons. C’est un habitat qui me convient. Le quartier est calme et beau. Je fais pousser des fleurs dans le patio. Je tiens propres les communs.
– Et vos études ? s’enquit T.I. par souci de cohérence.
Pas assez d’action, coupa la gardienne. Le cul sur une chaise et c’est tout. Noyade dans les mots. Coupage de cheveux au carré.

La logique implacable de la gardienne laissa coi le petit groupe. Ils la saluèrent et la quittèrent en lui souhaitant une bonne soirée, assez impressionnés par l’assurance de l’exilée.

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire