un jour je mettrai un titre (dizain x 2)

un jour un titre encadré à nouveau
qu’il n’y eut jamais comme il ne plut pas
non, il ne plut jamais, il n’y eut que soleil
et jamais mort, mort s’en alla sans titre
comme jamais n’y eut naissance :
elle ne plut ni au roi ni au bagnard
les faces A et B de plaire et pleuvoir
s’entremêlèrent tant que soleil darda
ensuite plus rien, encore une facétie facile
qu’elle eût pu mettre en titre

un jour je métrerai un titre, je le métrerai
avec précision, rigueur, valeur, excès
excès dans la délimitation du cadre
excès dans l’anaphore expansive
c’est tout vu c’est tout plu tout enfermé
dans le cadre millimétré à l’intérieur duquel
des mots enfermés à jamais crient
que personne n’entend, forcément
ça braille pas tant que ça un titre
il y manque des fleurs, il faudra pleuvoir

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.