poubelle du cours des choses*

 

* sotie en direction de Salvatore Spada,
de qui je reprends la formule en titre.

Discussion dans la cour.

cette fois-ci c’est du sérieux : on a localisé le cours des choses
que dis-tu, Jim ?
on va pouvoir le mettre à la poubelle
tu as la poubelle ?
non, il faut aller la chercher
où, Jim ?
près de la bergerie
tu dis n’importe quoi, on est en ville
et alors ? tu ne la vois pas la bergerie ?
non, Jim, je vois les loups, c’est tout

Plus tard, bien plus tard.

je suis embêté avec Henry Purcell, Jim
c’est pas mon problème
c’est quoi ton problème ?
mettre à la poubelle le cours des choses
tu m’as entendu ? je suis…
oui
oui quoi, Jim ?
Henry Purcell, j’ai parfaitement entendu
il fait partie ou pas, du cours des choses ?
je ne pense pas, je n’ai pas encore analysé les compositeurs

Enfin, comme dans un menuet.

qu’est-ce qu’on fait avec la grammaire ?
d’habitude, tu ne me demandes pas mon avis, Jim
cette fois oui, je réfléchis à foutre l’imparfait dans la poubelle
et le remplacer par quoi ?
par rien, il est mortifère
mais Jim, nous n’avons pas la poubelle !
nous la trouverons, nous sommes invincibles
nous ne sommes pas armés, Jim
non, mais nous sommes le cours des choses
alors, pourquoi nous mettre à la poubelle, Jim ?

Auteur/autrice : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 / Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 / L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016 / pipelette dancing, Editions louise bottu, 2022 /

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.