dénerver le foie [note méthodologique]

qu’est-ce tu fous, hein ? qu’est-ce tu fous ? mais hein, qu’est-ce tu fous ?
que, il manque que à ton truc
quel truc ?
la question : il y manque : que
ça dépend, tu m’embrouilles, je reprends : qu’est-ce tu fous ?
c’est ce que je te dis, il manque : que
quoi : que ? quoi quoi quoi : que ?
qu’est-ce QUE tu fous –
et alors ? tu réponds quoi, à la question avec ou sans que, tu réponds quoi ? quoi quoi quoi ?
rien, je fous : rien

il faut réfléchir à la méthodologie de la situation, on doit pouvoir appréhender la complexité avec quelques outils bien sentis, bien conçus, tu vois –
non
tu vois pas ? merde – il faut un addendum, on ne peut pas se contenter des miettes, on n’est pas des oiseaux
non ?
non
ni des chiens
non ?
non
tu vas pas nous faire toute la ménagerie en guise de confrérie agissante , la confrérie a décidé de dénerver le foie
euh –
on vire les concepts surnuméraires, on requalifie les espaces, on remodèle les ambiances, on maquille les preuves
on fait quoi des corps ?
on les fait bouillir à 90°, régime start-up avec appli cui-cui
on démantèle ?
on démantèle

dénerver le foie suppose quelques subtilités, une approche particulière, ça ne saurait se faire comme ça, ça ne saurait ::
il faut un modus operandi opérationnel
un plan de bataille
une courroie de transmission
des transmetteurs agiles –
vous êtes combien sur le coup ?
tous – on est tous énervés à dénerver le foie –
impossible, il faut sélectionner des acteurs et des dormants
des dominants et des dominés
c’est nécessaire
la nécessité fait foi

c’est payant ? payé ? combien ?
pas assez, jamais assez, jamais assez de paiement
ni assez payé ni assez payant, ça ne sera jamais
dénerver le foie est un privilège, et comme tous les privilèges il est : rare
plus que payant ?
plus que payé aussi :: pas d’argent en jeu

avec toi on ne sait jamais, on ne sait jamais rien
t’as retrouvé ton QUE ?
oui : je fous : rien
la confrérie s’énerve, tu le sais ? elle s’impatiente la confrérie
oui je sais, je m’en fous
tu ne connais pas les mots
non, je ne connais rien, ni les mots ni les mots ni les mots
exorbitant ! tu fais comment ?!

(plus tard)
l’action a commencé : dénerver le foie est en route, les filaments ôtés
c’est le moment du tri après découpage, on ne garde que le meilleur
un cervidé passe, avale une éponge mouillée, s’énerve, empale un écureuil avec ses bois, bref, rien ne se passe comme prévu
il faut recommencer, la confrérie se consulte
la confrérie prend beaucoup de temps aux consultations

il est des causes difficiles bien que tangibles : dénerver le foie en est une

Auteur : Édith Msika

femme de lettres et du néant, probablement

Une réflexion sur « dénerver le foie [note méthodologique] »

Laisser un commentaire