(sale) quart d’heure enchaîné

Je ne prends pas un livre.
Il sort et se cogne immédiatement.
Nous nous sommes écartés de la règle qui consistait à régler les choses.
Tu ne peux pas dire ça. Tu ne peux pas le dire.
Le dire n’est pas bien. Il faut le dire. Il le faudra.

Je ne prends pas un livre depuis un certains temps.
Depuis tout ce temps, il ne l’a pas encore fait ?
Il ne l’aurait pas fait alors qu’il a dit qu’il allait le faire ??
Tu ne te sens pas bien ? Tu veux un mélange servi chaud ?
Tu n’aurais pas un écouteur à ta disposition ?

Je ne prends plus aucun livre. Ils sont empilés.
De quoi parlez-vous enfin toujours désormais ?
Vous évoquerez les silences et les crimes, puis vous vous tairez.
Il n’y aura aucun blanc, vous ferez du remplissage.
C’est loin là-bas ? Je ne sais pas, voyez vous-même.

Je ne prendrai plus jamais un livre. Je déprends lire.
Vous êtes trop sophistiquée. Un moustique vous aura piquée !
Oui, j’aime les rouges-gorges et les piles électriques.
Il faut se cacher, nous sommes trop voyants.
Dire n’est pas faire, ah ça, non !

Je ne prends pas de livre, c’est dit, c’est fait, signé craché juré.
Vous en faites des tonnes, vous vous croyez encore là-bas on dirait.
L’émergence des systèmes de pensée croise celle des autres.
C’est un imbroglio juridico-sentimental ; ils se sont tous fait avoir.
Vous avez l’heure ? C’est pour mon patron.

Je refuse de prendre un livre. J’irai quand plus personne ne pourra.
Vous confondez encore le futur et le conditionnel.
Tu veux une claque ? Tu le dis si tu la veux, fais attention.
Les rideaux ne cachent rien. Non. C’est un constat.
Nous ne sommes plus grand-chose mais un peu encore.

Je refuse absolument de prendre ce livre : il ne m’apporterait rien.
Ah, on dirait que vous reprenez des couleurs !
Arrivée à la moitié, je m’ennuie, mais alors je m’ennuie !!
Ce trottoir est trop brillant. Oui mais il a l’avantage d’être aimé.
Disparaissons tant qu’il existe encore des portes cochères.

François Girardon, Pied gauche du Louis XIV équestre de la place Louis-le-Grand (place Vendôme), fondue par Balthasar Keller, 1694.

 

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.