(une formule encore secrète) 3

(3)

La première rencontre entre A.G. et B.M. avait donc eu lieu in real life, comme avant l’effacement des historiques des sept derniers jours, avant les effacements qui ne s’effacent jamais pour de vrai, avant les vies entières en dépôt abandonné à la dictature du web, avant les changements irréversibles du sens des mots. Comme avant. Un avant qui serait un après tout en restant un avant ; on ne saurait bientôt plus de quoi le temps était fait. Mais au moins se voir. Encore. Encore un peu. Dans la vraie vie représentée comme vraie vie. Dans la vraie dans la vie.

Ce jour-là, Anaëlle avait parcouru les derniers mètres au pas de course en slalomant entre les touffes de cheveux échappés des coiffeurs de rue, les groupes de discussion établis sur les trottoirs crasseux, les individus en osmose avec leurs portables déversant leurs hurlements dedans. Et découvert à l’intérieur du bâtiment une atmosphère contrastant avec celle de la rue : cariatides soutenant le porche, vigile avec tableau luminescent, décoration bleue vacances d’écrans bleu vacant. La voix de Bertrand M., chaude et bien timbrée à l’adresse de son assistante, l’avait précédé, main en avant, sourire, bienvenue. Autour, peu de bruit, les moteurs des ordinateurs, quelques conversations à bas bruit dans l’open space, une musique discrète aussi sud-américaine que la grenouille fluorescente qu’Anaëlle G. venait de lui proposer.

*

Pour la première rencontre du quatuor, la réunion se tint en un lieu neutre, au premier étage d’un grand café du centre, peu après dix-neuf heures. Pendant qu’ils attendaient Philémon K., rituellement en retard, Tierceline I. avait déjà fait montre de grandes capacités de raisonnement et d’argumentation, à la satisfaction de B.M., dont A.G. percevait la fierté non sans s’interroger sur la nature exacte leurs liens. Tierceline I. était jeune et jolie, la peau mate, les yeux noirs brillants, et penchait sa tête dans un sens ou dans l’autre au gré de ce que l’interlocuteur disait. Elle avait été formatée par une grande école et énonçait fréquemment ce qu’elle avait à dire en trois points, structure héritée d’un usage abusif de la bullet-point list, dont elle tentait de dissimuler le systématisme par des échappées analogiques vaguement poétiques comme des micro-frisures distraites.

Philémon K., qu’A.G. connaissait depuis le temps de leurs études, ne parlait pas
fort ; il fallait tendre l’oreille voire le faire répéter.
Sa petite musique scientifique mâtinée d’une légère ironie permanente était parfois traversée de brusques éclairs d’autoritarisme : il savait. Il balayait, ajoutant le geste à la parole, triturant sans se lasser le moindre objet situé dans le rayon de ses avant-bras. Anaëlle G. avait fondé ses espoirs sur une alchimie particulière lorsqu’elle avait pensé à lui pour le ou la ***, nom encore officieux de leur micro-lobby naissant ayant pour finalité la restauration de la transcendance incluant l’hybridation. Il ne fallait probablement plus songer à contrer la soif d’hybridation de leurs contemporains, autant l’inclure dans le propos liminaire.

La science des espèces animales ayant des vertus apaisantes sur l’esprit, P.K. était tout indiqué pour concourir à l’essor de leur idée. Et le rôle de la grenouille fluorescente parfait dans ses contours pédagogiques, mystérieux, amicaux : la lumière fluorescente, qui nécessitait l’absorption de lumière, ne se produisait pas dans le noir total, différant en cela de la bioluminescence, phénomène dans lequel les organismes émettent leur propre lumière engendrée par des réactions chimiques. La fluorescence était une sorte de lumière intelligente, humaine, de savoir, de sagesse : la possible lumière de la transcendance. Une lumière culturelle, le contraire de divine…

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.