paysage plié

devant un paysage numérique, lequel se plie parfois, écrivant,
une moto part, je la dirige depuis le trackpad
j’interviens comme je veux sur ce paysage
j’en explique les rouages à une femme : je lui écris une lettre
et ensuite tout ce qui sera écrit concernera les événements de ce monde plié
cette femme a un prénom introuvable et complexe, on peut l’appeler Fanny

paysage plié bateaux rivière prairies, autres monuments peu identifiables
j’écris à Fanny, le paysage a d’abord des couleurs vives
en ce moment, des nuances infinies de gris le nappent
rivières lentes et tortueuses comme une longue phrase boueuse
de ces phrases que je n’écris jamais

le retour des couleurs vives dans le paysage est indépendant du climat,
même cela reste difficile à décrire à Fanny :
la chose se situe dans la dépliure au loin des espaces virtuels
ici et là-bas, lorsque mon doigt bouge, se produisent des –

envers les diminutions de la présence, ne pas lutter
qui le dit ? Fanny ne se servira pas de ces informations
la lettre ne serait jamais arrivée…

à la certitude interrogée, l’idéal déficient répond,
posé telle une truelle sur un bâti absent

bruit de la moto déclinant

Pablo Picasso, Le jeune peintre, Mougins, 14 avril 1972

 


Rien de plus étrange que la manière dont une époque se regarde. Le nez sur elle-même, et sans le recul
ni la dépliure des perspectives, elle se croit toujours déshéritée, vide, confuse, néfaste.
(Cocteau, Foyer artistes, 1947, p. 126)

CNRTL, voir entrée dépliage, dépliement (dépliure n’existe pas en entrée directe)

Auteur : Édith Msika

Une théorie de l'attachement, P.O.L, 2002 Introduction au sommeil de Beckett, publie.net, 2013 L'enfant fini, Cardère éditeur, 2016

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.